Bandeau d'entête du site
Accès au site principal d'orroz
Cliquez-ici pour vous inscrire !
Connexion automatique :
Promotion
Blogs à visiter
Qui est en ligne
5 utilisateur(s) en ligne (dont 2 sur Les blogues)

Membre(s): 0
Invité(s): 5

plus...
Contributions
Calendrier des blogs
«  2008 Décembre  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Les blogues > Messages les plus récents
03-12-2008

Auteur : satyaj (7:06)
Désolé. Vous ne pouvez pas lire ce message.
01-12-2008

Auteur : satyaj (7:29)
Désolé. Vous ne pouvez pas lire ce message.
29-11-2008

Auteur : satyaj (7:05)
Désolé. Vous ne pouvez pas lire ce message.
28-11-2008

Auteur : satyaj (6:31)
Désolé. Vous ne pouvez pas lire ce message.
04-09-2008

Auteur : cilaga (5:09)
IL est difficile de répondre à cette question « Pourquoi en sommes nous arrivé à tant de pornographie et de dépendance ?

IL faut remonter je pense aux années 70 pour comprendre en parti le problème.
Vers 1970 / 1975 il y a eu une déculpabilisation sexuelle érotique et pornographique sans précèdent.

Ce n’est pas pour rien que les premiers porno ont fait des entrées insensés dans les salles obscures. On pouvait « enfin » voir des actes sexuels non simulé.
La génération d’alors avait pleins d’interdits, peu d’information sexuelle ,c’était une sorte « d’aubaine » pour eux. Une soi-disant bonne leçon d’éducation sexuelle.
C’était l’une des plus grande erreur que la société avait pu faire.
Le coté nostalgique de soi-disant « scénario » des films des années 70 ne devrait être pas un prétexte pour accepter la pornographie d’alors.

Sans le savoir à cette époque , si les scènes de sexe étaient réelles , elles étaient pourtant loin de la réalité d’un couple.
Années après années , la pornographie s’est exponentiellement imposée dans les foyers s'eloignant un peu plus de la réalité:
Avec les cassettes VHS , ou la jeune chaîne canal + qui au bord du dépôt de bilan a été sauvé par son « célèbre » premier samedi du mois.

La déculpabilisation continuait à grand pas , les émissions sexy , les films érotiques et pornos.
IL était presque de bon ton de dire « j’aime le porno »
IL y avait déjà un grave problème.

Mais il y a aussi le business, l’argent le pouvoir.
Pendant que des millions de mecs se masturbent devant des pornos sans se préoccuper du moral de l’actrice , des producteurs « mafioso » se partagent un butin sans précédent.
C’était la poule aux œufs d’or.
Ils sont si riches, si dominateurs, si ambitieux, qu’ils ont chercher à avoir encore plus d’argent, en étudiant le comportement de ceux qui mâtent le porno ( ce n’est pas une plaisanterie )
C’est ainsi que le porno est devenu extrême, trash , dépassant les limites morales normales de tout être humain.
Mais c’était sans compter l’invention d’Internet qui ouvrait ses portes vers du n’importe quoi , du non consentement , et autres perversités extrêmes et parfois illégales , immorales.

Sans être au départ vraiment contrôlé, un coté sombre s’est ajouté à la pornographie qui fait que celle des années 70 est , à comparaison « soft »

Finalement c’est « à la demande » que beaucoup de producteurs porno se basent , ils n’ont aucun sens moral , aucun sentiment , ils sont à la limite de l’inhumanité .
Ce que le mateur veut, le producteur le propose.
Peu importe l’avis de l’actrice, elle fera ce qu’on lui dit , ils ont assez de pouvoir pour décider de son sort.
Bien sur il y a eu des législations, des interdictions, mais rien n’y fait les lois ne peuvent rien contre les hyper puissant pornographes.
Avec l’arrivé d’Internet , il y a eu la possibilité d’être anonyme , protégé , donc une bonne couverture pour dépasser un peu plus les limites.
Il y eu aussi un moyen pour chaque utilisateurs de se confier à un « ami » , il se confie sur Internet , ce qu’il ne fait pas dans la vraie vie.
Les frustrations ont alors augmentés , en même temps que les premiers p2p sont arrivés.
La il n’est plus question d’argent, de business, puisque les progrès sont tels que chacun peu devenir un « metteur en scène » pour le moins amateur.
Des milliers de personnes filment alors leurs ébats , pour exciter le voyeur, pour lire les commentaires et réactions vulgaire et irrespectueux des visiteurs de leurs sites .
Les sites amateurs se sont multipliés à l’infini, fermant la porte au contrôle efficace.

Alors que des forums bannissent des membres pour avoir partager des images érotiques soft sous couvert d’une charte pour leur donner une bonne conscience et pour respecter leur hébergeur , le même hébergeur propose en douce GRATUITEMENT , sans contrôle d’age , sans limite , des vidéos porno extrêmes en ligne dit « streaming »
Il n’ y a même plus besoin de télécharger. La vidéo défile devant l’écran, le choix est illimité.

Dites vous bien que si vous ne payez rien, les créateurs de ce genre de sites sont très très riches , et ils iront plus loin par la suite pour gagner un peu plus d’argent par la publicité par exemple.

Et cela ce passe mondialement bien sur , chaque pays dépassant sa morale , ses lois , pour mieux s’enfoncer dans les perversités les plus extrêmes.

Pendant plus de 20 ans , PERSONNE n’as vraiment chercher à s’occuper à cette nouvelle forme de dépendance sexuelle .
IL fallait prendre le sujet au sérieux, sans être extrémiste (le sexe n’est pas sale en soi ) mais rien n’avait été fait .
On s’est contenté d’interdire, de faire des lois, sans aider ceux qui consomment, ET SURTOUT sans empêcher les tournages extrêmes. ( ça rapporte trop aux pays , c’est comme pour la cigarette , c’est interdit partout maintenant ,c’est cancérigène , mais c’est en vente quand même )

De nos jours, Il y a vraiment quasiment plus aucune limite, la femme n’est plus rien , même plus un objet , telle est l’évolution de l’homme Cro-Magnon à l’homme de 2008.
Quel progrès , quel bon en avant vers la connerie

Aucune personne « haut placé » ne veut apparemment se battre pour arrêter cette dépendance et ce problème , du coup on est obligé de faire des associations bénévoles, des sites et des forums de soutiens, de se débrouillé entre nous.

Alors que le problème est si grave qu’il faudrait prendre le problème à sa base : POURQUOI ?

Et bien parce que il y a un énorme paradoxe , alors que la pornographie a largement dépassé les limites de l’acceptable , que le sexe ( et la violence ) est devenu banal , , on est TOUS et TOUTES en manque d’amour , et plus on regarde du porno , plus on va loin , plus on en a besoin .
Parce que , alors qu’on a jamais eu autant de moyens de conversations , on a jamais eu autant d’impression de se sentir seul.
La vie réelle est tellement difficile qu’on se réfugie vers une virtualité éphémère , fausse , calculée .

En 2008 , on en est a un point qu’on oublie les bases élémentaires de l’amour et du sexe.
Je n’ai jamais vu une émission intéressante et objective sur ce sujet.
Consentement, complicité, plaisir sont quasiment balayée du dictionnaire.
La prochaine génération dont personne ne se préoccupe va grandir avec et les supports des générations précédentes, elle se basera sur ça pour son avenir.
Ça craint …

On est désormais dans un monde du « paraître » de la perfection, de l’argent .
On a jamais eu autant de pornographie facile d’accès, mais on a jamais été aussi stressé, anxieux, frustré par le sexe. Comme si on ne savait , en fait , RIEN.

Si seulement il y avait une prise de conscience globale et mondiale :
Nous les hommes ont prétend aimer les femmes , il serait peut-être enfin temps de le prouver vraiment.

Pour l’instant c’est à ce demander :
Et si tout était faux ?.
La pornographie , les pseudos stars , les journaux people , les soi-disantes émissions de télé réalité si irréelles pourtant , les informations …

Plus rien ne semble vrai dans notre vie réelle , alors avec le web on a un monde apparemment plus parfait sans interdit avec de l’amour , du sexe sans complexe , mais ça aussi c’est faux.

De nos jours on pense tout savoir sur le sexe , sur les femmes , sur les hommes , sur leurs désirs , leurs fantasmes .
Vous savez quoi ?
Plus les années passent moins on en sait sur le sexe .
Alors il est temps de s’intéresser et d’apprendre tout sur le sexe, le vrai.
Rendez vous dans 20 ans ?
13-08-2008

Auteur : cilaga (2:03)
Cette (longue !! ) réflexion concerne surtout les personnes ( hommes et femmes ) dépendantes mais qui sont actuellement célibataires et seules.

Sur ce texte je me base sur ma propre vie , et c’est avec ces réflexions que je pense avoir en parti trouvé ce qui ce passe et d’où viens ma dépendance.

En fait quand je regarde dans le passé, je me rends compte d’une grande solitude.
Bien sur, j’ai ma famille, des amis, des amies, mais personne avec qui je peux être très confident, avec qui je vis tout simplement.

J’étais mal dans ma peau, même avant Internet, et j'étais pas agréable physiquement, si si je vous assure , vous voulez une photo ?
si oui , je ne rembourserais pas les frais en cas de problème avec vos yeux !! MDR )

Quand je réfléchi bien, ce peu d’estime en moi-même remonte finalement à très loin , car on a beau dire que le physique ne compte pas, alors pourquoi sur 15 filles pour 15 garçons, pourquoi c’était moi qui était sans copine au lycée ?
( j’étais trop bon , trop gros , trop con , oui ! MDR , les autres garçons étaient des « filous » et les filles aimaient ça ! voila la vraie raison !)

Bien sur, cela n’excuse pas ma dépendance bien des années plus tard mais ça explique un peu les choses.

Finalement je n’ai fait que me lamenter intérieurement, à me dire que de toute façon je suis moche, et que je ne peux etre interessant, et sans le savoir, mon physique extérieur reflétait mon moral intérieur,
Comment les autres pouvaient m’accepter si moi-même je ne m’acceptais pas ?
Mais je ne le savais pas , je ne me faisait pas ce genre de réflexions.

Et puis et venu Internet , un monde ou les plus désespérés , les plus solitaire trouvent leurs bonheur , un bonheur ,certes ,virtuel , mais au moins , ils pensent se sortir d’une frustration sexuelle pour entrer en fait vers une dégringolade vers de la pornographie de plus en plus hard.

Et c’est exactement ce que j’ai vécu , je voyais des choses terribles , que peu de couples font en vérité , ce que l’on vois dans les pornos n’est que déviances ,fantasmes , une représentation fausse et malsaine de la vie sexuelle.

Ou est le consentement , le respect dans la pornographie ? l’acte est peut être réel ,la représentation de l'intimité de ces acteurs n'est qu'une illusion , tout n’est question que de fric finalement . Tout est calculé pour aller provoquer plus d’envies et de fantasmes au client.
Le désir du client ( et son porte monnaie ) passe avant le respect de la femme qui doit se soumettre au conditions de tournages faisant ainsi des pratiques sexuelles sans enthousiasmes , sans plaisir , mais comme elle simule la jouissance , le matteur déculpabilise , il y voit du plaisir et il en redemande plus encore. Une chaîne sans fin qui a mené que de nos jours la pornographie est accessible gratuitement en « vidéo streaming » sur de nombreux sites qui ne vérifient même pas l’âge des visiteurs.

La pornographie est maintenant, depuis deux ou trois ans, devenue exponentiellement si hardcore, cela va tellement loin, qu’il est inutile d’en décrire ici les détails.
C’est pourtant bien ça que je mâtais chaque jour.


Pendant cinq ans , je prenais mon pied , et je me disais que j’avais bien de la chance de voir des trucs si hard , je me disais que les hommes mariés étaient moins chanceux que moi, j’avais l’avantage de voir , de mater toutes ces femmes " offertes à moi" dans toutes ces positions et ces pratiques , une certaine idée de « liberté » qu’ils n’avaient pas .
Une liberté jouissive et enivrante.

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?.
Pendant que je me masturbais excessivement, j’étais parmi les hommes les plus égoïstes sur terre, ne voulant que m’auto satisfaire, j’en avais alors oublié, que tout ce temps j’étais seul et dans le fond je l’avais bien chercher et mérité.

Quand je matais du porno , je ne me voyais pas moi-même , ou alors je matais mon sexe ,
Attendant la décharge libératrice, attendant ce petit instant particulier qui ensuite me manquait et il ne me restait plus qu’à regarder une autre vidéo pour ressentir se semblant de « bien être » vraiment trop court. Je suis devenu alors une "machine à jouir".

Et puis il n’y a plus de limite, on peut alors pousser des fantasmes qu’on a pas dans la vie réelle, c’est ainsi qu’alors que j’étais hétéro, j’aimais regarder des films pornos gays, parfois je pouvais passer plusieurs jours sans voir une femme !

Et puis j’en voulais plus et plus encore : Des choses les plus minables : masturbations sur des mangas « hentais » ou sur des trucs 3d ,jusqu’au paroxysme du hardcore et tout ça sans être écœuré .
Quelques fois il y avait des petites culpabilisations, mais ensuite, une trop forte relativisation. Je me disait, y’a pas de mal à se faire du bien.

Et puis , heureusement , j’ai eu la chance ( c’est très récent ) un jour de me « voir » c'est-à-dire :
Alors que je masturbais pour la énième fois, je me suis surpris à me haïr, à avoir des envies de vomir, presque à en pleurer. Sans exagération aucune.
Ces derniers temps, j’avais accélérer les cadences déjà infernales de masturbations.
Je ne sais pas si c’est dû à l’âge ou quoi , mais à 35 ans , j’avais abusé de masturbations à un tel point qu’au delà d’être épuisé physiquement , pour la première fois , j’ai eu un dégoût envers cette merde , j’étais en « surdosage » comme si je parlais de drogue , et c’en était une , oui la pornographie était pour moi une drogue , la réaction que j’ai eu , je ne sais pas à quoi elle est dû mais j’ai eu beaucoup de chance .

Et puis je me suis inscrit ici, j’ai tenu dix jours.

Des sensations sont réapparues en moi :
Se sentir léger, avoir de l’humour, avoir envie de parler, bref ça en valait le coup . c'était génial.
On peut réellement parler de renaissance.
Et puis j’ai craqué un jour, et heureusement , le lendemain je reprenais mon sevrage.

Je vous ai expliqué pourquoi j’avais craqué :
à cause d’un film érotique sur une chaîne câblée et en zappant .
Mais aujourd’hui , suite à une conversation sur le chat , j’ai compris les vraies raisons de cette rechute :
De n’avoir passé qu’un jour de porno en plus de 15 jours relevais du quasi « miracle » , mais en vérité j’étais seul .
Et oui, pendant 5 ans j’étais seul ( parfois vraiment seul ou parfois chez mes parents ) , je ne voulais plus de compagne , mais maintenant avec ces bonnes sensations retrouvées, le besoin naturel d’une présence , d’amour à donner , revenait , avec mes doutes , mes espoirs et mon manque de confiance .

Oui je n’ai pas encore de compagne, je ne suis pas sorti assez, contrairement à ce que j’avais prévu lors de mon sevrage.
Je n’ai fait que la moitié des choses, j’ai fait abstraction de pornographie, mais je n’ai pas fait en sorte de m’extérioriser.
Alors, évidemment en étant seul, en manque d’amour, je suis retombé sur cette dépendance et c’est cette vision initialement érotique qui a menée vers la rechute.

Maintenant je sais une chose, c’est que je ne dois plus être seul.
Il a fallu longtemps pour savoir ça, pourtant c’est logique, basique, évident, mais quand on est dépendant au point ou j’en suis, on ne se rends plus compte de rien.
Je sais que la , si je poursuit mon sevrage , mais que je ne fais aucun effort pour sortir , je risque éventuellement la rechute.

J’ai commencé à être enfin positif , grâce à cette conversation que j’ai eu ici sur le tchat , je peux tout à fait commencer une vie saine, qu’importe que je suis moche, le principal c’est qu’en me respectant moi-même , le regarde des autres changera, et puis , et puis...

Et puis il ne faut pas qu’écrire il faut aussi agir.
J’espère réussir cette nouvelle étape vers une vie plus saine.

C’est ainsi qu’à travers ce vécu, si vous êtes vous-même dépendant mais seul (célibataire) et sans compagne ( ou compagnon), je vous conseille de ne plus l’être.
Votre combat vers la guérison est difficile , et vous avez eu des rechutes ?
C’est peut être parce que tout comme moi , vous avez pensez bien faire en vous éloignant de la pornographie , mais cela ne suffit pas
Il faut aussi sortir, bouger , faire des activités qui font que vous vous retrouviez avec la vie réelle et que vous fassiez de nouvelles rencontres.

Voila !
Merci d’avoir lu ce très long témoignage ( quel courage ! ) en espérant qu’il soit utile.
06-08-2008

Auteur : davem (5:11)
( en réponse à Thibault):
Comme je comprend ce que tu vis: le chemin par lequel tu passes en ce moment, je l'ai vécu il y a environ 5 ans.

j'étais avec une femme que j'aimais( qui m'étouffait parfois comme ta copine, mais c'est normal, on a tous peur de se faire un peu engloutir par une femme! à toi d'être l'homme et de poser tes limites! hi hi hi), et est apparu des fantasmes pour des homos. Nous vivions une période de stress et je pense qu'au niveau sexuel, je ne me laissais pas vraiment allé, car elle s'était fait violée quand elle était jeune, donc je ne voulais pas avoir de similitude avec le mec qui lui avait fait ça!
Donc est apparu ces fantasmes pour des hommes. Ils sont devenus de plus en plus présent et j'en avais de plus en plus besoin; je voulais en rester au niveau masturbation devant un site, je n'avais nullement l'intention de passer au plan réel de rencontre.

Ensuite, je me suis séparé de ma copine et quand j'ai vraiment pris conscience que c'était fini, j'ai eu des attirances sexuelles pour des hommes telles que je suis passé à l'acte. Je pouvais lié ces pulsions avec un vide affectif énorme et un grand sentiment de solitude!

j'ai donc vu une 15aine de mecs pendant 1 an, je me portais toujours plus mal, je voyais que ça ne me correspondais pas, mais c'était plus fort que moi, comme une 2ème personnalité en moi qui prenait le dessus.

j'ai fait une dépression. J'ai très vite relié ma dépendance à un problème affectif: le manque d'un père aimant et le manque de relation amicale avec des hommes en général.

Après qu'un cheminement psychologique m'a amené à une compréhension nette de ces agisssements , j'ai fait un sevrage d'un an et demi; je me sentais nettement mieux, plus libre et plus en accord avec moi-même.

J'ai enchainé par la suite 2 relations hétérosexuelles qui n'ont pas abouti à ce que je voulais: former un couple.

et récemment, remarquant mon impuissance à trouver une femme et former un couple, j'ai rechuté: je relativisais cette sexualité compulsive en me disant qu'après tout j'étais bi et que je n'avais qu'à assumer.

Mais c'est faux, j'ai compris que c'est avant tout quand je suis fatigué, que je me sens seul que l'envie de chatter sur des sites gays( dans le but est d'abord d'uniquement combler ce vide) me pousse systématiquement à des pulsions gays qui doivent soit être satisfaites sur un site gay, soit à une rencontre que je regrette toujours.

le problème aujourd'hui n'est plus la dépendance affective avec des mecs, car j'ai énormément travaillé ce point et compris énormément de chose, mais bien la sexualité compulsive, donc la dépendance sexuelle envers les mecs quand je ne me sens pas en grand forme.

j'ai donc comme vous tous à faire un travail de sevrage au porno, qui m'éloigne d'une rencontre avec des filles et qui m'isole encore plus du reste du monde.

Mais je vais m'appliquer pour y arriver, car je ne veux gâcher une possible rencontre hétérosexuelle sur cet autel vil et abjecte de ces pulsions! :mur
15-07-2008

Auteur : Math13100 (6:12)
Je suis persuadé qu'il faut arrêter. Que ces années de mensonges aux autres et à moi même ne sont plus vivables et que mettre en péril ce que j'ai réussi à créer est insupportable. Mais encore une fois, ce sentiment n'est pas assez tangible pour moi. Dans un post il y a quelques mois, je faisais la comparaison entre ce sevrage et le tabac (même si je ne fume pas). Tant que les risques ne me concernent pas directement je ne me sens pas assez concerné. C'est terrible et c'est pour cela qu'il faut réfléchir au principe des étapes intermédiaires ....
Avez vous des idées ????
math13100
15-07-2008

Auteur : Math13100 (4:30)
De retour après ce lon week-end.

J'ai tenu mais contrairement à mon précédant sevrage, je me bats beaucoup plus avec mes envies (contre mes envies). En fait ce n'est pas une absence de volonté, je tiens mais par rapport à la dernière fois, les suggestions et tentations sont beaucoup plus à fleur de peau ce qui me donne l'impression que c'est une lutte permanente.
Quand j'écrivais que lorsque mon esprit est occupé la lutte est plus facile, je me trompais car il y a , dans ce cas, aucun combat .

Le combat ne vaut d'être vécu que s'il a lieu ????? C'est une belle formule mais je préfèrerais m'en passer pas vous !
A+
Math13100
12-07-2008

Auteur : Math13100 (12:57)
La colère est mauvaise conseillère dit-on mais il se trouve que ce processus d'expression est celui qui me convient le mieux. Je m'exprime dans mes peines comme dans mes joies. J'aime partager même si je ne crois pas en Dieu.

Aujourd'hui je vais bien mais c'est pire quand je vais bien. c'est paradoxal mais je le ressens comme cela. La confiance revient, les problèmes de la vie quotidienne s'éloignent, d'autres n'ont pas encore fait leur apparition donc Cerveau plus disponible donc plus disponible pour faire n'importe quoi .....

C'est dans l'action que j'arrive à lutter le problème c'est que l'on ne peut pas être à 150% tout le temps (en tout cas pas moi).
Si ce week-end je tiens ce sera chouette. et dire que j'en suis revenu à J+1 GRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR
Bon courage à tous et je vous remercie d'accepter ma colère pour ce qu'elle est à savoir un mode de combat pour moi
A bientot

(1) 2 3 4 ... 27 »